PEDOCRIMINALITE: IED appelle à soutenir le film « Outreau, l’autre vérité » après avoir contribué à sa réalisation & production

13 mars 2013

(Texte revu par JT)

La décision de contribuer au financement de ce film, prise par notre conseil d’administration en France et moi-même, repose sur la jurisprudence officieuse de cette affaire : nous sommes témoins au quotidien depuis plus de dix ans de nombre de dossiers qui finissent par des non-lieu ou classements sans suite.

Un mineur a eu le courage de parler au risque de se mettre en danger, au risque de mettre son noyau familial en danger… Je ne vais pas vous raconter ce que vous savez très bien, parce que, comme nous, vous êtes sur le terrain.

En 2001, j’ai initié des séjours dits de « résilience, reconstruction » à travers les arts et l’équine-thérapie, d’abord en Suisse, puis dans d’autres pays où IED est actif : nous accueillons plus de 100 enfants par an, tous victimes d’abus.

Je participe aux séjours au moins une fois par an, pendant 2 à 3 semaines, et je reste en contact avec les enfants tout le long de l’année. J’ai vu l’importance de rendre une dignité perdue, l’impact d’un regard respectueux… Les victimes ne sont plus les mêmes lorsqu’elles arrivent et lorsqu’elles partent : beaucoup reviennent des années de suite, et nous accueillons aussi la personne qui a la garde de l’enfant, souvent les mamans.

Une étude scientifique est en cours depuis 2 ans sur l’impact de ce programme dont les résultats seront publiés l’an prochain. Les thérapeutes qui nous accompagnent sont témoins de changements bénéfiques, rapides et irréversibles de ces séjours.

Ce vécu depuis 12 ans m’a permis de comprendre aussi la fragilité des victimes et le long processus nécessaire pour leur reconstruction.

Aujourd’hui, nous sommes à un tournant qui ne se reproduira probablement plus jamais en France : soit ce documentaire va faire bouger les choses, soit nous serons condamnés à être témoins des calvaires de centaines de victimes et nous aurons échoué alors qu’il y avait un moment à saisir.

Ce moment, c’est maintenant ! Ne manquons donc pas cette occasion.

 

Aidez-nous, aidons-nous à mobiliser les Français pour que ce film reste à l’affiche, à ce que les textes écrits par Marie-Christine Gryson, Jacques Thomet, Philip Iacono soient lus afin de faire comprendre l’importance de ce qui est en train de se passer en France.

Ne laissons pas seuls Serge Garde, le réalisateur, et Bernard de la Villardière, le producteur : il est de notre devoir de les soutenir.

Bien à vous tous

Homayra Sellier, présidente d’Innocence en Danger (IED)

3 réflexions sur “PEDOCRIMINALITE: IED appelle à soutenir le film « Outreau, l’autre vérité » après avoir contribué à sa réalisation & production

  • 14 mars 2013 à 12:40
    Permalien

    Madame, je connais votre travail admirable et votre combativité face à la loi du silence.Depuis 20 ans, je tente de sensibiliser les magistrats, les politiques et la presse en reprenant les meilleures analyses des journalistes courageux comme Serge Garde,Jacques THomet et Ceri, des associations et des professionnels qui connaissent le tragique abandon des enfants au pire.Force est de reconnaître que personne ne veut de ce genre d’informations.Je n’ignore pas que de très nombreux courriers que vous avez également envoyés sont restés sans réponse.Bernard Valadon lui aussi a tenté en vain d’alerter la justice,(ou presque puisque deux plaintes sur 200 ont été suivies d’effet).Récemment j’ai fait parvenir à l’institut pour la justice l’excellente synthèse du CIDE qui donne une idée précise de l’ampleur du drame.Je n’ai pas eu de réponse.
    On aurait pu espérer qu’un groupe de magistrats se lèvent pour lancer une action visant à mettre en place un projet visant à demander une réforme profonde de la justice.Pour l’instant personne ne bouge.Les vérités essentielles restent du domaine du confidentiel.Madame Marie-Christine Gryson Dejehansart et toute la mouvance sympathisante sont une menace pour tous les étouffeurs et les désinformateurs .C’est bien pourquoi tout est fait pour les décrédibiliser tout en les empêchant de s’exprimer dans les médias.Les mêmes vieilles recettes sont toujours appliquées.La politique des trois singes n’est hélàs pas une légende.

    Répondre
  • 4 juin 2013 à 23:17
    Permalien

    Parmi les textes importants il ne faut pas oublier ceux de Frédéric Valandré et Jacques Cuvillier sur Médiapart.

    Répondre

Répondre à tsuky Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *