Exclusif

Le scandale d’Outreau va rebondir avec l’affaire Franck Lavier

Les actes d’instruction sont terminés dans l’information judiciaire ouverte contre l’un des acquittés d’Outreau, Franck Lavier, mis en examen en 2016 pour viol de sa fille mineure, selon une source proche du dossier, et une ordonnance de renvoi en cour d’Assises en est la suite logique à attendre.

Cette décision n’a pas encore été prise par le Parquet de Boulogne-sur-Mer. Mais après cinq ans d’enquête, la succession de trois juges d’instruction, et le maintien de sa plainte par la victime l’an dernier lors d’une confrontation avec l’accusé, un classement sans suite ou un non-lieu deviennent impossibles, sous peine de déclencher un séisme politique dans le cas contraire.

L’annonce d’un tel procès, quand elle aura lieu, fera l’effet d’un tremblement de terre. L’un des avocats des accusés n’ était autre qu’Eric Dupond-Moretti, devenu garde des Sceaux et désormais confronté à un dilemme : Assises, ou pas, ou attendre encore. Cet avocat a malmené jusqu’à six heures durant, à grands cris, l’un des petits enfants victimes, poussé dans le box des accusés par une aberration judiciaire.

Franck Lavier a fait partie des 17 adultes d’Outreau acquittés en 2005 par les Assises de Paris malgré les accusations contre eux d’une cinquantaine d’enfants violés ou sodomisés. Douze de ces enfants avaient pourtant été reconnus comme victimes par le tribunal et indemnisés par l’Etat, dix fois moins que les acquittés (30.000€ contre 300.000).

En 2012, Franck Lavier et son épouse Sandrine furent à nouveau jugés, en correctionnelle, à Boulogne-sur-Mer, pour violences habituelles sur mineurs de moins de 15 ans et corruption de mineurs de plus ou moins de quinze ans. Un an auparavant, deux de leurs enfants, dont l’une des douze victimes de viol indemnisées à Outreau, s’étaient enfuis à pied pour rejoindre la maison de leur ancienne nounou à 6 km de là et dénoncer les mauvais  traitements subis à la maison. Franck et Sandrine Lavier n’avaient écopé que de 10 et 8 mois de prison avec sursis.

Ce nouveau coup de théâtre que je publie maintenant est dans mon livre « La pédocratie à la française », que vous pouvez déjà recevoir en le commandant sur le site de mon éditeur : fabert.com. J’ai choisi d’anticiper cette information pour des raisons évidentes…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *