Pédocriminalité : près d’un milliard de $ d’indemnités pour 1550 jeunes sportifs victimes à l’université du Michigan

Ce coup de tonnerre dans la lutte contre le viol de mineurs aux USA illustre l’étendue du véritable pédocide commis sur la planète, et incitera les défenseurs de l’enfance en France à accentuer leurs efforts, même si le chemin sera encore long avant son extinction.

Deux scandales parallèles ont frappé l’université du Michigan, située à Lansing, la capitale de cet Etat dont la plus grande ville est Detroit.

On vient d’apprendre ce 19 février que cette entité va indemniser, pour un total de 490 millions de $, 1050 jeunes victimes de viols ou agressions sexuelles commis par l’ancien entraîneur de football américain, Robert Anderson. Décédé en 2008, il avait exercé de 1968 à 2003.

L’autre affaire, survenue dans la même université, a été conclue le mois dernier. 500 gymnastes, violées pendant leur formation par le médecin de l’équipe, Larry Nassar, seront indemnisées à hauteur de 380 millions de $ au total par le comité olympique américain et la fédération américaine de gymnastique. Nassar a été condamné à plusieurs centaines d’années de prison.

Ce scandale de la gymnastique avait fait la UNE l’an dernier aux JO de Tokyo lorsque la championne olympique Simone Biles avait renoncé à poursuivre le concours. Elle avait évoqué des troubles d’équilibre provoqués par la réminiscence de ses viols. Lors de leur audition en septembre dernier par une commission du Sénat américain, les gymnastes de la sélection nationale avaient gravement mis en cause les autorités. « On nous a laissé tomber et on nous doit des explications », avait affirmé en larmes Simone Biles. Sa coéquipière McKayla Maroney avait accusé le FBI d’avoir ignoré sa plainte en 2015 et d’avoir « trafiqué » les pièces judiciaires 17 mois plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *